Souscription à un crédit immobilier sans être en CDI

CategoriesImmobilier

Pour accorder un prêt, quelle que soit sa nature, la banque cherche à évaluer la capacité de remboursement de l’emprunteur. Celle-ci est régulièrement prouvée par un revenu régulier et à long terme. Par précaution, surtout pour éviter les risques d’impayés, elle n’accorde pas souvent un crédit aux personnes n’ayant pas de CDI. Toutefois, c’est toujours possible d’en obtenir. Comment faire ?

Fournir un dossier en béton

Si l’emprunteur est en CDD, intérimaires ou saisonniers, est un entrepreneur ou exerçant une profession libérale, il devra fournir au banquier quelques documents clés. Ces derniers devront mettre en avant des dossiers qui permettront à la banque d’avoir une visibilité sur le long terme de sa situation financière. À noter que ces cas-là sont des profils à risque pour tout établissement de crédit. Parmi les indispensables, on compte le document qui prouve la stabilité professionnelle sur le long terme. Cela peut, par exemple, être des promesses de renouvellement de CDD, ou encore ancienneté en qualité d’intermittent du spectacle, d’entrepreneur ou de professionnel libéral.

À part cela, l’emprunteur doit mettre en exergue la régularité des revenus perçus, la bonne tenue des comptes bancaires. En effet, il doit être capable de présenter des relevés bancaires irréprochables, sans découvert ou statut d’interdit bancaire, pour conforter l’établissement à accorder le crédit. Enfin, l’emprunteur doit prouver l’absence d’un crédit en cours et démontrer que le taux d’endettement est inférieur à 33%.

Avoir un bon apport personnel ou un garant

Pour avoir plus de chance de s’octroyer un crédit immobilier sans CDI, rien de mieux que de montrer à la banque qu’on est un bon épargnant. Il est indispensable de présenter un apport personnel conséquent pour convaincre le banquier. En principe, celui-ci doit être de 10% du montant du prêt, hors les frais du notaire. De plus, cela prouvera à la banque que l’emprunteur a des revenus réguliers, mais surtout qu’il sache gérer son argent.

Au cas échéant, si l’emprunteur ne dispose pas de cette somme pourtant il veut toujours acheter une maison ou un appartement, un très bon garant est nécessaire. Cette personne doit être prête à s’engager à rembourser le prêt en cas de défaillance de l’emprunteur dans son remboursement. Elle doit aussi posséder d’une somme d’argent qui servira de caution pour débloquer la situation à la banque. À savoir que son dossier et son cas seront également examinés comme ceux de l’emprunteur.

Emprunter une somme moins importante

Si la situation professionnelle de l’emprunteur n’est pas stable et qu’il se soucie du taux d’endettement, il est recommandé de prendre un montant moins important que celui qui a été prévu précédemment. Dans ce cas-là, le prêt peut être facilement accepté. En principe, les mensualités de remboursement à supporter dépendent du crédit. Moins il sera élevé, plus il est mieux remboursé. Pour trouver l’établissement offrant le meilleur taux, l’emprunteur peut, entre autres, passer par des simulateurs en ligne, voir moncreditimmo.org. Par ailleurs, si pour contrebalancer l’instabilité professionnelle, l’apport personnel est conséquent, il se peut que les banques acceptent facilement le dossier parce que le montant de l’emprunt sera limité.

About the author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *